Équipe

Franck ADOU ETTIEN

Doctorant en Sociologie à l’Université Houphouët-Boigny d’Abidjan (dir. Prof. Aghi Bahi).

Leila ADU-GILMORE

Assistant Professor of Music Technology and co-director of the Music and Social Change Lab, Steinhardt School of Culture, Education and Human Development at New York University.

Marta AMICO

Marta Amico est maitresses de conférences en ethnomusicologie à l’Université Rennes 2, membre associée du Centre Georg Simmel (UMR 8131 CNRS-EHESS).

Ses travaux portent sur  les processus de création et de patrimonialisation musicale qui se composent dans des contextes de conflit armé, notamment au Mali et dans le Sahara. Elle s’intéresse également aux fabriques musicales transculturelles qui composent la catégorie de la World Music. Plus largement, elle s’intéresse aux relations entre musique, identité, globalisation, politiques culturelles et maintien de la paix. 

Depuis 2017 elle enseigne à l’Université des Lettres et Sciences Humaines de Bamako au sein du Master Société, Culture et Développement mis en place par le LMI MaCoTer.

Sarah ANDRIEU

Sarah Andrieu est anthropologue, maitresse de conférences au département des Arts de l’Université Côte d’Azur. Elle est membre du Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants (CTEL) et membre associée à l’Institut des mondes africains (IMAF). Ses recherches, menées au Burkina Faso depuis 2002, portent d’une part sur les usages politiques des danses traditionnelles par l’état postcolonial et d’autre part sur les dynamiques de circulation d’esthétiques, de savoirs, d’imaginaires dans le champ globalisé de la « danse africaine contemporaine ». Elle a participé à différents programmes de recherches collectifs dont les programmes ANR « Système de savoirs et d’apprentissage en Afrique », « Création musicale, circulation et marché d’identités en contexte global » et les projets IDEX Université Côte d’Azur « Créations en migration » et « Pratiques de l’entretien en danse ». 

Elle est membre du comité scientifique éditorial de la revue Recherches en danse et du conseil scientifique du GIS études africaines.

Dans le cadre du projet AFRINUM, elle ouvre un nouveau terrain de recherches en s’intéressant aux vidéoclips réalisés actuellement en Côte d’Ivoire. Les questions de production, de circulations et d’exposition des imaginaires du corps et plus largement des images de soi à l’ère numérique seront placées au centre de cette recherche. 

Florence ARESTOFF

Florence Arestoff est maître de conférences en économie à l’Université Paris-Dauphine, membre du LEDa-DIAL.

Spécialiste d’économie du développement, ses travaux reposent sur des données d’enquêtes-ménage réalisées en Afrique. Elle s’est notamment intéressée à l’éducation, aux transferts de fonds des migrants, et à l’empowerment des femmes. Dans le cadre de contrats pour Orange, elle a aussi travaillé sur les services de banque mobile Orange-Money et leur utilisation par les clients Orange.

Elle est par ailleurs responsable du MBA IP de Dakar et assure ses enseignements en économie du développement, en économie Internationale, et en macroéconomie.

Aghi BAHI

Professeur en sociologie de l’information et de la communication à l’Université Houphouët-Boigny d’Abidjan.

Adam BELL

Chercheur en ingénierie sonore, Assistant Professor à l’Université de Calgary.

Jean-Philippe BERROU

Économiste, Maître de Conférence à Sciences Po Bordeaux.

Alfonso CASTELLANOS

Ethnomusicologue, Chercheur postdoctoral AFRINUM. Alfonso Castellanos est docteur en Anthropologie, membre du Centre Georg Simmel et du Laboratoire Mixte International « Reconfigurations maliennes : Cohésions, Territoires et Développement » (MaCoTer, IRD). Il enseigne au sein du master « Société, Culture et Développement » à l’Université des Lettres et Sciences Humaines de Bamako.

Ses travaux portent sur la transformation des pratiques musicales en contexte urbain (Guinée, Mali, Burkina Faso), en mettant l’accent sur les circulations de musiques médiatisées et les dynamiques locales d’appropriation. Son approche articule la pratique musicale et la réalisation de films documentaires. Il mène actuellement une enquête sur les musiques urbaines et l’industrie des vidéoclips à Bamako.

James CLEMENS-SEELY

Responsable de l’Audio Recording Engineer Practicum au Banff Centre for Arts and Creativity (Canada).

Stéphane COSTANTINI

Chercheur en sciences de l’information et de la communication, Post-Doc AFRINUM. Membre du Centre Georg Simmel (EHESS) et membre associé au LabSIC (Université Paris 13).

Ses travaux, qui s’inscrivent dans une socio-économie des industries culturelles et des industries de la communication, s’intéressent aux stratégies d’acteurs industriels et aux usages dans le domaine du numérique et du web collaboratif, et aux pratiques des amateurs et professionnels dans les mondes de la musique. Dans le cadre du programme ANR Collab (2015-2018), ses recherches l’ont notamment amené à s’intéresser aux enjeux du développement du financement participatif (crowdfunding) culturel en Afrique subsaharienne.

Une dizaine d’années d’expérience professionnelle dans le domaine de la communication culturelle (musique, audiovisuel, théâtre, droits d’auteur) lui ont permis de croiser les regards entre professionnels de la culture et du numérique et recherche académique.

Simon GARRETTE

Ingénieur du son à l’EHESS.

Daouda GARY-TOUNKARA

Historien, Chargé de recherche au CNRS, membre de l’Institut des Mondes Africains (IMAf CNRS-EHESS-IRD-Paris 1) et du LMI MaCoTer.

Gilles HOLDER

Anthropologue, chargé de recherches au CNRS, co-directeur du LMI MaCoTer.

Stéphanie KOLÉ-MAHESSE

Sociologue, Doctorante à l’Université Houphouët-Boigny d’Abidjan (dir. Prof. Aghi Bahi).

Abdoulaye NIANG

Sociologue, Maître de Conférence à l’Université Gaston Berger de Saint Louis du Sénégal.

Emmanuelle OLIVIER : coordination

Le projet AFRINUM est coordonné par Emmanuelle Olivier, ethnomusicologue chargée de recherche au CNRS (Centre Georg Simmel, UMR 8131 CNRS-EHESS) et enseignante à l’EHESS, dont les travaux, fondés sur de solides enquêtes de terrain en Afrique de l’ouest depuis plus de 15 ans, portent sur la création musicale en contexte de globalisation.

Ses recherches empiriques s’accompagnent d’une analyse des conditions de production du discours scientifique, ainsi que des enjeux et des pratiques de l’ethnomusicologie. De 2009 à 2012, elle a coordonné le projet ANR « Création musicale, circulation et marché d’identités en contexte global » (GLOBAMUS) puis, de 2013 à 2015, a été responsable du partenaire CRAL au sein du projet ANR « Musimorphoses » (coord. P. Le Guern). En 2013-2014, elle a co-dirigé le projet du LabEx CAP « Musiques savantes et populaires contemporaines : fabrique des œuvres et régimes d’autorité » avec N. Donin (IRCAM), et depuis 2016 est membre du Laboratoire Mixte International « Reconfigurations maliennes : Cohésions, Territoires et Développement » (MaCoTer, IRD).

Dans le cadre de ses projets financés, elle a organisé des journées d’étude et des colloques internationaux et a dirigé plusieurs ouvrages et numéros de revue. Ses recherches trouvent enfin une application et une confrontation directes dans l’enseignement et la direction d’étudiants dispensés depuis 2005 à l’EHESS au sein des Masters Musique et Anthropologie sociale et ethnologie, et depuis 2017 à l’Université des Lettres et Sciences Humaines de Bamako au sein du Master Société, Culture et Développement mis en place par le LMI MaCoTer.

Maël PÉNEAU

Ethnomusicologue, Doctorant à l’EHESS (dir. L. Schnapper et E. Olivier).

Amandine PRAS

Professeure en arts audionumériques à l’Université de Lethbridge (Canada).

Amidou SOGODOGO

Doctorant en en socio-anthropologie à l’Institut Pédagogique Universitaire de Bamako (dir. E. Olivier).

Baptiste VENET

Baptiste Venet est maître de conférences en économie à l’Université Paris-Dauphine, membre du LEDa-DIAL.

Économiste du développement, ses travaux portent sur les questions du développement financier et de l’inclusion financière dans les pays pauvres et émergents. Dans ces thématiques, il s’intéresse particulièrement à la “finance digitale” et aux effets du développement de la banque mobile et des systèmes de paiements mobiles sur le comportement des utilisateurs. Dans le cadre de contrats pour Orange, il a travaillé sur les effets du déploiement du système “Orange Money” sur les comportements financiers des utilisateurs à Madagascar.

Il est co-responsable du Master “Développement Durable & Responsabilité des Organisations” à l’université Paris- Dauphine et assure des enseignements en macroéconomie, financement du développement, microfinance et théories de la croissance.

Hama YALCOUYÉ

Doctorant en socio-anthropologie de la communication et des médias à Institut Pédagogique Universitaire) de Bamako (dir. E. OLIVIER).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search