Le projet AFRINUM

AFRINUM vise à interroger, au prisme des musiques populaires, ce que les sociétés ouest-africaines font du numérique en termes de : transfert et production de savoirs, reconfigurations des rapports sociaux et médiations culturelles

L’objectif est de contribuer à l’élaboration d’une réflexion originale sur l’articulation entre musique, technologie numérique et culture, et renouveler ainsi la question des sociétés innovantes dans les pays du Sud.

AFRINUM entend ainsi participer au développement d’un nouveau champ de recherche encore faiblement exploré en France et dont la plupart des travaux sur la musique concernent pour l’instant le Nord. 

Notre postulat de départ est simple : l’activité musicale que nous observons aujourd’hui en Afrique de l’ouest, comme à peu près partout dans le monde, va de pair avec l’utilisation de la technologie numérique. Un nouvel écosystème musical se met en place sous nos yeux, qu’il s’agit de décrire et de questionner dans ce projet à partir de l’Afrique de l’ouest, en considérant le numérique dans sa dialectique outil globalisé vs artefact culturel. Au-delà, cet écosystème musical doit être resitué au sein de logiques et d’imaginaires sociaux, économiques et politiques plus larges, dont il participe et qu’il contribue à transformer, produire ou réifier tout à la fois. C’est dire combien une telle réflexion sur « la co-construction ou la co-production de la technologie et de la société » (Pinch et Bijsterveld 2004) contribue à une anthropologie générale.

Pour réaliser ce projet, une équipe internationale et interdisciplinaire de 14 chercheurs, 2 post-doc et 10 étudiants (Master et doctorat) en sciences sociales et sciences de l’ingénierie sonore effectueront des enquêtes de terrain en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Mali et au Sénégal. Cette dimension régionale permettra d’identifier les spécificités nationales et d’appréhender les circulations d’un pays à un autre.

L’équipe réunit 3 partenaires :

Le Centre Georg Simmel (UMR 8131 CNRS-EHESS) de l’EHESS Paris, porteur du projet qui réunit les membres français de l’équipe ;

Le Laboratoire Mixte International MaCoTer de Bamako, unité 243 de l’IRD, qui rassemble les membres ouest-africains ;

Le département Fine Arts et Music de L’Université de Lethbridge (Canada), qui réunit les membres canadiens sur un budget propre du Conseil de Recherches en Sciences Humaines canadien (CRSH), grâce au projet Practices and social aspects of the 21st century recording studio obtenu par A. Pras (2019-2021).


Axe 1 : La fabrique de la musique et du son

Studio Junior, Bamako, 2017 © E. Olivier.

L’axe 1 analyse la fabrique de la musique et du son en studio d’enregistrement, à travers la nouvelle figure de l’arrangeur/ingénieur du son.

Après s’être intéressé au genre, au parcours de l’arrangeur et à son acquisition des savoirs audionumériques, on questionnera le travail de l’arrangeur/ingénieur du son en interaction avec le chanteur pendant toutes les étapes de la production, tout comme les outils et les savoirs qu’il mobilise et qui lui offrent de nouvelles possibilités créatives.

On étudiera tout particulièrement les effets audionumériques (compression de dynamique, réverbération, auto-tune, etc.) utilisés par l’arrangeur, qui pour certains sont dictés par les esthétiques musicales en vogue, des contraintes économiques ou encore des limites d’équipement, pour d’autres instaurent de nouvelles normes technologiques qu’il s’agira d’identifier. L’agencement et les réglages de ces effets, dont on analysera aussi les liens avec les normes de diffusion, seront appréhendés comme « manières de faire » (de Certeau 1980) où se joue subtilement la distinction d’esthétiques à l’ère numérique.

L’analyse de ces effets audionumériques conduira à la question de la signature sonore, c’est-à-dire comment le son produit par ces effets, en tant que propriété esthétique de la musique, participe de la construction des identités culturelles, religieuses, genrées ou encore générationnelles ; comment ce son, au-delà des paroles qui l’accompagnent, est investi de valeurs morales ; comment il porte des imaginaires ou renvoie à des normes de comportement ; et comment des individus et des groupes s’y reconnaissent et s’en réclament.


Axe 2 : Entrepreneuriat et jeunesse

L’usage central des outils numériques dans la production musicale a pour effet de déplacer les relations de « savoir-pouvoir » (Foucault 1977) des aînés vers les cadets. Fabriquer de la musique est aujourd’hui l’affaire de cette « génération 3G » ou « génération 21 » dont les capacités d’action se situent au sein d’un environnement pleinement numérique. Pour ces jeunes, le numérique n’est pas synonyme de perte de contrôle, mais à l’inverse de prise de contrôle. Il y a là l’appropriation très forte d’une technologie, qui pourtant vient d’ailleurs et porte en elle le spectre post-colonial, mais dont les jeunes font un outil d’enjeu générationnel.

Cette émancipation se traduit par l’émergence d’un nouvel entrepreneuriat culturel, au sein duquel ces jeunes s’organisent en collectifs pour maîtriser et rentabiliser la chaîne de valeur de la musique.

On commencera par explorer la trajectoire sociodémographique de ces entrepreneurs, ainsi que les conditions concrètes de leurs activités (revenus, dépenses, capital possédé ou partagé, modes de financement, collaborateurs, etc.). Puis il s’agira de voir comment, et dans quelle mesure, l’usage des outils numériques leur permet de devenir « entrepreneurs de leur notoriété » (Beuscart 2008), en conduisant des enquêtes, qualitatives et quantitatives, inédites auprès de plusieurs collectifs : les premiers centrés sur la production (sons et vidéo-clips) et la performance scénique, les deuxièmes sur la distribution et la diffusion (réseaux sociaux, plateformes locales de streaming, télévision). 

On posera enfin la question de la pérennité du modèle économique en formation. Ces entrepreneurs sont-ils amenés à devenir des « figures de la réussite et du pouvoir » (Banégas et Warnier 2001) et à imposer de ce fait un nouveau modèle d’économie ou bien sont-ils voués à rester des cadets, en façonnant un monde « à eux », une subculture ? En outre, cet entreprenariat ne trouve-t-il pas ses limites dès lors que les musiciens acquièrent une notoriété au-delà de l’échelle locale, et alors que de nouveaux acteurs, Majors et opérateurs téléphoniques, prennent position dans l’industrie musicale ouest-africaine ?

Axe 3 : Médiations culturelles

Dans des pays traversés par de graves crises institutionnelles et/ou sécuritaires, on envisagera enfin la musique dans sa capacité supposée de médiation entre les individus, les groupes et les identités. S’il est coutume de dire que la culture, la musique en particulier, constitue un moyen fort d’établir du lien social entre les individus, voire de susciter des communautés élargies, on constate que dans les pays où ont sévi des crises majeures, tels que le Mali et la Côte d’Ivoire, la culture a souvent moins servi à médiatiser qu’à réifier des particularités identitaires et antagonistes.

On se penchera aussi sur les phénomènes de résurgence de mémoire rendus possibles par la technologie numérique. Celle-ci a conduit à la réédition et à la redécouverte d’enregistrements musicaux et de séquences filmées liés à la période des indépendances qui, aujourd’hui, constituent autant de ressources de création pour les musiciens et les réalisateurs de vidéo-clips.  On avance l’hypothèse que le développement accéléré des outils numériques et des partages de contenus musicaux contribue à amplifier la circulation de discours identitaires locaux, qui, pour les uns visent à rassembler au-delà des frontières étatiques en prenant pour modèles les anciens empires ouest-africains, pour les autres particularisent encore plus la culture et renforcent les conservatismes.

À l’inverse, on verra dans quelle mesure le développement des technologies numériques et du marketing culturel coïncide avec et amplifie une certaine dépolitisation des sociétés, au profit d’une économie qui fait émerger l’acteur producteur d’une part et l’individu consommateur d’autre part. Pour illustrer cette hypothèse, nous nous attacherons à analyser le marketing culturel des opérateurs téléphoniques leaders en Afrique de l’ouest qui, non seulement établissent des partenariats privilégiés avec les États jusqu’à les suppléer dans leurs politiques culturelles, mais constituent également des acteurs efficaces du changement social, dans le sens où ils intègrent l’économie locale de la musique à leur business plan : réseaux sociaux, acteurs, producteurs et consommateurs, tout en recrutant des cadres issus de la diaspora, plus aptes à comprendre les besoins et les marchés locaux.

Stéphane COSTANTINI

Chercheur en sciences de l’information et de la communication, Post-Doc AFRINUM.

Stéphane Costantini est docteur en sciences de la communication, et chercheur associé au LabSIC (Université Paris 13).
Ses travaux, qui s’inscrivent dans une socio-économie des industries culturelles et des industries de la communication, s’intéressent aux stratégies d’acteurs industriels et aux usages dans le domaine du numérique et du web collaboratif, et aux pratiques des amateurs et professionnels dans les mondes de la musique.

Ses recherches post-doctorales, dans le cadre du programme ANR Collab (2015-2018) l’ont notamment amené à s’intéresser aux enjeux du développement du financement participatif (crowdfunding) culturel en Afrique subsaharienne.
Une dizaine d’années d’expérience professionnelle dans le domaine de la communication culturelle (musique, audiovisuel, théâtre, droits d’auteur) lui ont permis de croiser les regards entre professionnels de la culture et du numérique et recherche académique.