La filière de production des vidéoclips à Bamako

Alfonso Castellanos effectuera une mission à Bamako d’octobre à novembre 2021. Elle vise à suivre l’évolution et la formalisation progressive de la filière de production des vidéoclips. Cette étude intègre les axes 1 « Fabrique de la musique et du son » et 2 « Entrepreneuriat et jeunesse » du programme ANR AFRINUM et met l’accent sur trois aspects principaux : les logiques de production ; les transferts de savoirs ; et les stratégies de publicisation. L’enquête ethnographique vise à recueillir un corpus original indispensable à l’analyse de la filière des vidéoclips à Bamako et à la comparaison avec les autres pays d’investigation d’AFRINUM. Le travail d’enquête sera mené dans plusieurs studios de production audiovisuelle de Bamako, où il sera question de suivre les réalisateurs lors des différentes étapes de leur travail de production, de tournage et de montage de clips vidéo. Des entretiens semi-directifs seront réalisés avec les musiciens, les danseurs et les danseuses ou les figurants filmés, ainsi qu’avec divers intermédiaires de la filière, tandis qu’un dispositif d’enregistrement audiovisuel sera mis en place afin de pouvoir décrire et analyser l’ensemble du processus de production. La priorité sera accordée aux questions concernant l’équipement des studios, les méthodes de production adaptées à différents types de situations, les techniques de filmage et de montage employées, les critères esthétiques des vidéo-clips, ainsi que les formes d’interaction et de négociation entre les acteurs impliqués.

Journée d’étude – Ethnographier les pratiques en régime numérique : méthodes et enjeux

Nous avons le plaisir de vous convier à la journée d’étude « Ethnographier les pratiques en régime numérique : enjeux et méthodes », soutenue par l’EHESS, par le Centre Georg Simmel (EHESS) et par l’ANR AFRINUM.

Elle se déroulera le 01 octobre 2021 de 9h à 18h dans les locaux de l’École normale supérieure et en vidéoconférence pour celles et ceux qui ne pourront pas y assister sur place.

École normale supérieure, salle Dussane

45 rue d’Ulm, Paris 75005

Inscription obligatoire ici : https://framadate.org/syrKKBkliwUHlvrh

Lien zoom pour la vidéoconférence : https://zoom.us/j/96825567265?pwd=bE1aT0M2aHViTTFnZW5lYm5MN3JqQT09 (Code secret : 414816)

L’accès à la journée d’études sera conditionnée à la présentation d’un pass sanitaire en cours de validité.

Programme
9h15 – 9h30 – Introduction :
Le comité d’organisation
9h30 – 11h15 – Session 1 : Outils numériques de la recherche et terrains en ligne

Discutant : Vincent Berry, MCF, Université Sorbonne Paris Nord

Intervenants :

●  Marie Buscatto, Professeure, IDHES, Université Paris 1, « Devenir “amie” de ses enquêté.e.s. A propos des usages heuristiques des réseaux sociaux numériques en sociologie ».

●  Youssef El Masoudi, Doctorant, Centre Max Weber, Université Lyon 2 : « Le smartphone comme dispositif d’enquête pour appréhender les pratiques numériques ».

●  Valentin Goujon, Doctorant, Medialab, Science Po Paris : « Quand la méthode devient le terrain d’enquête : étudier les développeurs français de jeux vidéo indépendants par et sur Discord ».

●  Thierry Maire, Doctorant CMH, ENS-EHESS-CNRS : « Réalisation d’une enquête à distance sur la mémoire de la communauté LGBTI salvadorienne à l’aide d’un logiciel d’étude en ligne ».

11h30 – 13h : Session 2 : Articulation des discours, des représentations et des pratiques du numérique

Discutant : Alix Bénistant, MCF, Université Sorbonne Paris Nord

Intervenants :

● Sanja Beronja, Lucie Conjard Aube, Richebourg, Doctorantes, Centre Georg Simmel, EHESS Paris : « L’ethnographie du numérique face à ses « maître-mots » ».

●  Jonathan Chibois, Docteur, IIAC, EHESS Paris : « Vers une épistémologie de la multiplexité ? Penser l’interaction sociale et ses médiations techniques par-delà la dualité “en ligne” et “hors ligne” ».

●  Noémie Roques, Quentin Gervasoni, Doctorants, EXPERICE, Université Sorbonne Paris Nord : « Décrire, définir, circonscrire un terrain virtuel : enjeux théoriques et proposition méthodologique ».

14h – 15h45 : Session 3 : Usages, reconfigurations, enjeux de pouvoir : les effets du numérique sur les pratiques

Discutant : Emmanuelle Olivier, Chargée de recherches au CNRS, Centre Georg Simmel

Intervenants :

●  Sarah Andrieu, MCF, Université Côte d’Azur : « De la “démo” au vidéoclips en passant par les défis. Suivre hors ligne et en ligne la vie sociale des vidéos de danses à Abidjan ».

●  Giordano Marmone, Chercheur associé CREM-LESC, ATER, Département d’anthropologie, Université Paris Nanterre : « Le rituel à l’époque du partage numérique. Secrets, interdits et pouvoir masculin chez les Samburu (Kenya) ».

●  Tatiana Smirnova, Doctorante/Chercheuse FNS junior, Laboratoire d’étude des sciences et des techniques, Université de Lausanne : « Reconfiguration d’une fête pluriséculaire à l’ère du numérique : la Fête des Vignerons en prise avec les réseaux sociaux numériques ».

●  Frédéric Trottier-Pistien, Docteur, Membre associé au Centre Georg Simmel : « Voix et corps d’une chorale amatrice. La pratique des chants du monde à l’épreuve de la visio-conférence ».

16h – 17h30 : Session 4 : La fabrique des savoirs au prisme du numérique

Discutant : Christian Jacob, Directeur d’études, EHESS, ANHIMA

Intervenants :

●  Simon Dumas Primbault, Postdoctorant, Laboratoire d’histoire des sciences et des techniques (LHST), Jérôme Baudry, Professeur assistant tenure track d’histoire des sciences et des techniques, Bayrem Kaabachi, Ma en science des données, École polytechnique fédérale de Lausanne EPFL : « “Des embranchements originaux”. Parcours de lecture et recherche exploratoire sur Gallica ».

●  Sébastien Poublanc, Docteur, Ingénieur de recherche contractuel dans l’ANR ObARDI, laboratoire FRAMESPA, Université Toulouse Jean Jaurès : « Dessiner les contours de la numérisation du métier d’historien ».

●  Christophe Tufféry, Doctorant, CY Cergy Paris Université, Ingénieur de recherche à la Direction Scientifique et Technique de l’Institut national de recherches archéologiques préventives INRAP : « Observer et décrire les effets du numérique sur les pratiques de terrain en archéologie sur quarante ans : premiers résultats d’une recherche en cours ».

17h30 – 18h : Conclusion et échanges

Comité d’organisation

Alfonso Castellanos, EHESS, Centre Georg Simmel, ANR AFRINUM

Stéphane Costantini, EHESS, Centre Georg Simmel, ANR AFRINUM

Maël Péneau, EHESS, Centre Georg Simmel, ANR AFRINUM

Aube Richebourg, EHESS, Centre Georg Simmel, Centre Maurice Halbwachs

Court-métrages : recherche « en action » dans les studios d’enregistrement de Bamako

Une série de 5 court-métrages a été réalisée par Toby Bol, Leonard Menon et Kierian Turner, assistants d’Amandine Pras à l’Université de Lethbridge, à partir des sessions d’enregistrement filmées par Emmanuelle Olivier et Amandine Pras à Bamako en juillet 2018 et 2019. Ces courts-métrages, qui ont été présentés lors de manifestations scientifiques et de séminaires d’enseignement (Univ. Lethbridge et EHESS), sont disponibles sur les chaînes YouTube des réalisateurs. Ils constituent un moyen efficace de valoriser la recherche « en action », tout comme le travail des arrangeurs/ingénieurs du son avec qui nous collaborons à Bamako.

Appel à communications – Journée d’études « Ethnographier les pratiques en régime numérique : enjeux et méthodes »

Journée d’études soutenue par l’EHESS dans le cadre de l’Appel à projets “Recherche”, par le Centre Georg Simmel (EHESS), et par l’ANR AFRINUM

Vendredi 1er Octobre 2021 – École normale supérieure (45 rue d’Ulm, Paris Ve)

Télécharger cet appel en PDF

Le développement rapide de l’Internet haut-débit et des technologies 3G et 4G ces dix dernières années a conduit à une multiplication des travaux de recherche autour du numérique, souvent considéré comme un facteur de transformation des modèles économiques, politiques, et socioculturels (Beckouche, 2017 ; Sadin, 2015 ; Loukou, 2013). La compréhension des usages numériques depuis le terrain pose cependant des difficultés, en particulier sur ce que chacun entend et investit derrière la notion même de « numérique » (Miller & Horst, 2013). Une orientation de la recherche a consisté à spécialiser l’anthropologie numérique en une sous-discipline.

Pour embrasser la complexité des défis lancés à l’enquête empirique en régime numérique, cette journée d’étude entend déplacer le regard des objets numériques eux-mêmes (tout objet ou système construit sur une logique binaire) vers les acteurs qui les manipulent, le sens et les valeurs qu’ils donnent à leurs usages, sans négliger la réflexion épistémologique et méthodologique sur le positionnement du chercheur par rapport à son enquête et son objet d’étude (Waisbord & Mellado, 2014). La prise en compte des contextes sociaux, économiques, politiques et culturels au sein desquels s’inscrivent les acteurs, l’accessibilité des données, le degré de familiarité aux outils ou encore la position du chercheur vis-à-vis des enquêtés ainsi que des outils manipulés, seront autant de thématiques traitées au cours de la journée d’étude. Ainsi, plutôt que d’enclaver les pratiques du numérique dans des sous-disciplines, l’ambition de la journée d’étude sera au contraire de les exposer aux cadres analytiques de l’enquête empirique en anthropologie et en sociologie.

La première thématique de cette journée portera sur les différentes formes de transformation, d’adaptation, et de détournement d’outils et de contenus numériques par les producteurs comme par les usagers dans le domaine culturel (Grimaud et al., 2017). Bien que les études consacrées aux pratiques culturelles en régime numérique se focalisent majoritairement sur les pays du Nord (Beuscart & Flichy, 2019 ; Lamy, 2019 ; Bastard et al., 2012 ; Butler, 2014), un nombre croissant de chercheurs explore aujourd’hui ces problématiques sur des terrains situés dans le reste du monde (Battaglia 2018 ; Paulhiac 2014 ; Boëx 2013 ; Andrieu & Olivier 2017 ; Boudreault-Fournier 2017 ; Clark 2014 ; Olivier, 2017). La généralisation de l’usage des technologies numériques à l’échelle mondiale a d’abord été perçue comme la cause d’un effacement progressif des particularités culturelles (Virilio, 1993). D’autres travaux ont cependant entrepris de restituer aux sociétés et aux individus leur capacité créative face aux technologies, en mettant en évidence des processus de résistance (Ginsburg, 1991), de braconnage culturel et d’inventivité du quotidien (de Certeau, 2010). Entre la tentation d’homogénéisation portée par des modèles globalisés (Appadurai, 1996) et des dynamiques s’appuyant sur des imaginaires sociaux, politiques ou culturels plus localisés, se négocient des pratiques qu’il s’agit donc d’examiner en explorant la pluralité des usages, des productions, et des questions soulevées par la rencontre entre une diversité de sociétés et de cultures et des technologies développées au Nord (Mattelart et al., 2015).

Dans la deuxième thématique, il s’agira de répertorier les dispositifs d’enquête ethnographique qui peuvent être mobilisés par le chercheur pour appréhender des pratiques souvent difficiles d’accès, que ce soit en raison des configurations technologiques (comment rendre compte de ce qui se joue sur l’écran d’un ordinateur ou dans les écouteurs d’un téléphone mobile?), ou du positionnement des utilisateurs de ces technologies vis-à-vis de leurs données (confidentialité, propriété intellectuelle ou communs).

Une troisième thématique portera sur le rapport à l’objet sous l’angle de l’apprentissage, de la maîtrise et de l’expertise. Souvent négligée, la dimension physique du rapport à l’objet (Sudnow, 1983) est un champ d’exploration pour les enquêtes empiriques, tandis que les écarts de langage et de maîtrise des outils entre individus, au sein d’un même groupe ou dans la relation d’enquête, révèlent le large spectre qui compose l’expertise numérique.

Cette journée d’étude s’inscrit dans la continuité de l’atelier « Ethnographie des pratiques culturelles en régime numérique » animé durant l’année 2020-2021 à l’EHESS. Elle vise à organiser et à mettre en cohérence les questionnements soulevés lors de l’atelier, afin de constituer un jalon dans une réflexion qui nécessite d’être encore menée sur les méthodes et les enjeux de l’ethnographie du numérique. Il s’agira également d’élaborer une réflexion originale sur l’articulation entre culture et technologie numérique, qui place la connaissance empirique au cœur de l’analyse. Les communications devront présenter les résultats d’analyse de matériaux originaux issus d’enquêtes empiriques ou une discussion théorique originale mettant en dialogue des travaux menés au sujet de l’ethnographie du numérique. Il est prévu que cette journée d’étude donne lieu à une publication collective consacrée aux avancées les plus récentes de l’ethnographie du numérique.

Pour proposer une communication :

Doctorant.es et chercheur.ses sont invité.es à envoyer leurs propositions de communication à l’adresse : JE.ethno-num@protonmail.com pour le 10 juillet 2021 au plus tard en un seul document PDF comprenant les éléments suivants :

– Nom, prénom

– Rattachement institutionnel, fonction (pour les étudiants, préciser le niveau d’étude)

– Titre et résumé de 300 mots maximum en français ou en anglais

– Notice biographique (100 mots maximum)

Les participants retenus seront informés fin juillet.

Comité d’organisation :

Alfonso Castellanos, EHESS, Centre Georg Simmel, ANR AFRINUM

Stéphane Costantini, EHESS, Centre Georg Simmel, ANR AFRINUM

Maël Péneau, EHESS, Centre Georg Simmel, ANR AFRINUM

Aube Richebourg, EHESS, Centre Georg Simmel, Centre Maurice Halbwachs

BIBLIOGRAPHIE                       

Andrieu, S. & Olivier, E. (Eds.). (2017). Création artistique et imaginaires de la globalisation. Hermann.           

Appadurai, A. (1996). Modernity at large: Cultural dimensions of globalization. Univ. of Minnesota Press.           

Bastard, I., Bourreau, M., Maillard, S., & Moreau, F. (2012). De la visibilité à l’attention: Les musiciens sur Internet. Réseaux, n° 175(5), 19–42.           

Battaglia, G. (2018). The Digital Turn? Technological transformations in the history of documentary cinema in India. Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 277(1), 39–66.           

Beckouche, P. (2017). La révolution numérique est-elle un tournant anthropologique ?. Le Débat, 193(1), 153-166.               

Beuscart, J.-S., & Flichy, P. (2019). Présentation. Réseaux, n° 213(1), 9–15.       

Boëx, C. (2013). La grammaire iconographique de la révolte en Syrie: Usages, techniques et supports. Cultures & Conflits, 91/92, 65–80.               

Boudreault-Fournier, A. (2017). The Fortune of Scarcity: Digital Music Circulation in Cuba. In L. Hjorth, H. Horst, A. Galloway, & G. Bell (Eds.), The Routledge Companion to Digital Ethnography.               

Butler, M. J. (2014). Playing with something that runs: Technology, improvisation, and composition in DJ and laptop performance. Oxford University Press.           

Clark, M. K. (2014). The Role of New and Social Media in Tanzanian Hip-Hop Production. Cahiers d’études Africaines, 216, 1115–1136.               

de Certeau, M. (2010). Arts de faire (L. Giard, Ed.; Nouvelle éd). Gallimard.   

Ginsburg, F. (1991). « Indigenous Media: Faustian Contract or Global Village? », Cultural Anthropology, 6(1), 92-112.               

Grimaud, E., Tastevin, Y. & Vidal, D. (2017). Low tech, high tech, wild tech. Réinventer la technologie ?. Techniques & Culture, 67(1), 12-29               

Heinich, N. (2012). De la visibilité: excellence et singularité en régime médiatique. Gallimard.               

Lamy, J. (2019). Fablab à la campagne: Régimes d’actions et articulations des investissements. Sociologies pratiques, N° 38(1), 49–58.               

Loukou, A. (2013). Les techniques d’information et de communication (TIC) et l’évolution de l’économique africaine : vers une hybridation des activités. Les Enjeux de l’information et de la communication, 14/1(1), 103-116               

Mattelart, T., Parizot, C., Peghini, J., & Wanono, N. (2015). Le numérique vu depuis les marges. Journal des anthropologues. Association française des anthropologues, 142–143, 9–27.

McLuhan, M., (1967). War and peace in the global village. Gingko Press.

Horst, H. A., & Miller, D. (Eds.). (2020). Digital anthropology. Routledge.

Olivier, E. (2017). Les opérateurs téléphoniques comme nouveaux opérateurs culturels.  Politiques de la musique au Mali. Politiques de communication, hors série 1(HS), 179-208. 

Paulhiac, J. (2014). La scène musicale de la champeta face à Internet. Volume !, 10:2(1), 131–149.

Sadin, E. (2015). La vie algorithmique: critique de la raison numérique. L’échappée 

Sudnow, D. (1983). Pilgrim in the Microworld. New York: Warner Books

Virilio, P. (1993). L’art du moteur. Galilée.

Waisbord, S., & Mellado, C. (2014). De-westernizing Communication Studies: A Reassessment. Communication Theory, 24(4), 361–372.

Les nouveaux entrepreneurs de la musique et du numérique à Dakar

La mission de Stéphane Costantini à Dakar se déroulera du 10 mai au 1er juillet 2021. Son objectif est d’observer et d’interroger les nouveaux entrepreneurs de la musique et du numérique au sein de la capitale sénégalaise. Dans ce cadre, une attention particulière sera portée aux enjeux entourant l’activité de ces acteurs culturels et leurs trajectoires en relation avec le développement des pratiques numériques. La perspective anthropologique et socioéconomique adoptée explore en ce sens trois dimensions liées à ces pratiques :

• Les stratégies industrielles mises en place par les acteurs de la musique numérique (locaux et transnationaux) et leur adéquation avec les pratiques d’écoute et d’usage de la musique, mais également vis-à-vis des pratiques économiques préexistantes dans la filière de la musique enregistrée ;

• La formation et le déploiement par les différents acteurs culturels (dont les musicien.ne.s) de compétences relatives aux dispositifs numériques, et leur incidence sur les carrières et les trajectoires de reconnaissance (travail, salariat, pluriactivité) ;

• L’apparition, le renouvellement, ou encore la subsistance de genres musicaux, et leurs enjeux en termes de circulation (locale, régionale et globales) à l’aune de leur diffusion via les réseaux numériques.

La méthodologie employée repose sur une observation des pratiques d’écoute et d’échange de la musique, ainsi qu’une série d’entretiens libres ou semi directifs effectués auprès d’acteurs de la musique et du numérique au Sénégal (collectifs, labels, médias, services numériques), et d’artistes sénégalais.e.s.

Vidéos : nouvelle chaîne AFRINUM sur Canal-U

AFRINUM a crée une chaîne sur Canal-U, la vidéothèque numérique de l’enseignement supérieur et de la recherche.

La chaîne est accessible à cette adresse : https://www.canal-u.tv/producteurs/afrinum

Vous y trouverez notamment de nombreuses conférences et ateliers filmés, dont le dernier séminaire AFRINUM.

Séance consacrée à la diffusion de la musique en régime numérique, avec les interventions de :

• Julien Dayan, Label Manager, Syllart Records : Syllart Records, une entreprise de production et de diffusion des musiques africaines : enjeux et défis du passage au numérique.

• Stéphane Costantini, post-doc AFRINUM, EHESS : Éléments pour une socioéconomie des acteurs de la musique numérique à Dakar.

Nouvel article sur la discrimination dans les studios d’enregistrement – Journal of the Audio Engineering Society

Publication d’un nouvel article (en anglais) sur la discrimination et l’expérience de microaggressions dans les studios d’enregistrement intitulée « Do We Really Want to Keep the Gate Threshold That High?« , auquel Amandine Pras (membre AFRINUM) a participé.

Cet article a été publié dans le Journal of the Audio Engineering Society Volume 69 Issue 4 (avril 2021), vous pouvez le consultez à cette adresse :
https://www.aes.org/e-lib/browse.cfm?elib=21032

Le numéro complet est consultable ici : https://www.aes.org/journal/

Cet article est accompagné d’une conférence filmée intitulée Gendered Experiences of Discrimination and Microaggressions in the Recording Studio (en anglais, avec sous-titres en français) que vous pouvez visionner à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=ufeyqZaZDsw

Dynamiques du monde des danses « mises en clips » à Abidjan

Cette première mission de Sarah Andrieu à Abidjan se déroulera du 3 avril au 20 juin 2021. Elle a comme objectif de cerner les dynamiques qui animent le monde des danses appelées  « modernes », « urbaines » ou encore « afrodance ». Dans un contexte où ces danses « mises en clips » circulent de manière privilégiée sur Trace TV et les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, WhatsApp), il s’agira d’envisager le rôle joué par le numérique sur le développement singulier de ces danses populaires, mais également d’examiner la place qu’occupe ces nouveaux médias dans les pratiques, les imaginaires et les dynamiques de professionnalisation des danseurs urbains. 

L’enquête ethnographique sera fondée sur le recueil de données empiriques originales à travers la réalisation d’entretiens (récits de vie et récits de pratiques), de vidéos et photos de tournages et d’observation des moments de travail. Les danseuses et les danseurs seront au cœur de l’enquête. Je m’attacherai à reconstituer des trajectoires, repérer les logiques de transmission et d’apprentissage, explorer les conventions qui les relient et comprendre l’économie de ce métier de « danseur urbain ». Les répétitions, les tournages de clips mais aussi les festivals ( la Semaine Nationale de la danse, rencontre chorégraphique d’Abidjan) ainsi que les espaces de transmission (forme : Institut national des arts et de l’action culturelle- et informel : troupes) constitueront des espaces d’observations privilégiés. Ces enquêtes seront menées en collaboration avec Stéphanie Mahesse Kolé et Stéphane Ettien Adou, qui finalisent leur thèse de doctorat à l’université Houphouët-Boigny sous la direction du professeur Aghi Bahi, tous trois membre d’AFRINUM.

Nouvelle parution : “Mutations numériques de la musique : des contradictions à analyser“ – Revue tic&société

Parution du nouveau numéro de la revue tic&société sur le thème des Mutations numériques de la musique : des contradictions à analyser (vol. 14, n° 1-2 | 1er et 2e semestre 2020), auquel Stéphane Costantini (membre AFRINUM) a contribué.

Vous pouvez le consulter à cette adresse

Ce nouveau numéro de la revue tic&société, coordonné par Christophe Magis et de Lucien Perticoz, traite des mutations numériques du secteur de la musique. Si ce dernier a été depuis une vingtaine d’années le lieu d’une myriade d’expérimentations, certaines des évolutions à l’œuvre ne sont ni tout à fait inédites ni tout à fait impulsées directement par le virage numérique. Le présent numéro entend justement remettre en perspective les transformations actuelles. C’est la raison pour laquelle le choix a été fait d’intégrer à la fois des travaux issus de recherches empiriques et des contributions plus générales proposant des réflexions d’ordre théorique. Après l’introduction et un article rédigé par les coordinateurs présentant un état des lieux des travaux en cours, deux textes sont consacrés à l’analyse continue des évolutions économiques du secteur musical. Les deux suivants portent sur les pratiques professionnelles des musiciens, des musiciennes ainsi que des créateurs et créatrices de musique. Deux autres proposent des analyses centrées sur les usages de la musique à l’heure numérique. Enfin, une synthèse consacrée à une vingtaine d’années de recherche sur ces questions clôt le dossier thématique.
Cette parution comprend également un éditorial signé par l’équipe responsable de la revue. Il s’agit d’une pratique peu courante, mais en cette année si particulière marquée par une crise sanitaire sans précédent, les membres du comité éditorial ont jugé important de prendre position sur plusieurs enjeux dans le cadre de la construction du « monde d’après ». Finalement, grâce à quatre articles présentés dans la rubrique « Varia », ce numéro quelque peu singulier est double.

Voici le sommaire de ce numéro des 1er et 2e semestre 2020 (vol. 14, n° 1-2)

(https://journals.openedition.org/ticetsociete/)

Éditorial 

Comité éditorial

Dossier thématique

Introduction : Mutations numériques de la musique : des contradictions à analyser

Christophe MAGIS, maître de conférences, Université de Paris 8, chercheur, CEMTI

Lucien PERTICOZ, maître de conférences, Université de Lyon 2, chercheur, MARGE

La musique comme analyseur : mutations de la filière musicale et mutation de la recherche sur la musique

Christophe MAGIS, maître de conférences, Université de Paris 8, chercheur, CEMTI

Lucien PERTICOZ, maître de conférences, Université de Lyon 2, chercheur, MARGE

La sonorisation télévisuelle : mutations d’un marché dérivé et multiplication des formes de valorisation marchande des musiques de télévision

Guylaine GUÉRAUD-PINET, chercheure associée, GRESEC, Université de Grenoble-Alpes

Vues vérifiées, écoute évacuée : la valorisation publicitaire de la musique sur YouTube

Guillaume HEUGUET, postdoctorant, Sorbonne Université

Compétences communicationnelles et pratiques numériques des « musiciens connectés »

Stéphane COSTANTINI, postdoctorant, projet ANR AFRINUM, École des Hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris 

L’autoformation, nouveau paradigme de développement de carrière dans le contexte numérique ? Regards sur le milieu musical montréalais

Sylvain MARTET, postdoctorant, Université du Québec à Montréal

Martin LUSSIER, professeur, Université du Québec à Montréal, chercheur, CRICIS

Anouk BÉLANGER, professeure, Université du Québec à Montréal, chercheure, CRICIS

Enseigner la guitare sur YouTube. Le tutoriel gratuit et les contradictions de la « numérimorphose » de l’enseignement de l’instrument : le cas de la chaîne MrGalagomusic

Raphaël ROTH, maître de conférences, Conservatoire national des arts et métiers, Paris

Laure-Hélène SWINNEN, doctorante, Université d’Avignon

La musique québécoise est-elle compatible avec le streaming  ? Usages et représentations de la musique francophone québécoise sur les plateformes de streaming au Québec

Romuald JAMET, professeur, Université du Québec à Chicoutimi

Jonathan ROBERGE, professeur, Institut national de la recherche scientifique et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les nouveaux environnements numériques et l’intermédiation culturelle

L’expérience de la musique en régime numérique : continuité ou disruption ?

Philippe LE GUERN, professeur, Université de Rennes 2, chercheur associé, CRAL, OICRM

Varia 

Changement technologique et sociabilité : les trois âges des communautés virtuelles africaines

Gado ALZOUMA, professeur, Université américaine du Nigeria 

Variations autour de l’adoption de plateformes de vente en ligne : la réception d’un nouveau dispositif marchand par les entrepreneurs albigeois

Cédric CALVIGNAC, maître de conférences, Institut national universitaire Jean-François Champollion d’Albi, chercheur, CERTOP, PPES

Mathieu VIDAL, maître de conférences, Institut national universitaire Jean-François Champollion d’Albi, chercheur, LISST-CIEU, PPES

Revendiquer le salariat ou comment court-circuiter le cycle d’accumulation du capital des médias socionumériques

Samuel LAMOUREUX, doctorant, Université du Québec à Montréal, adjoint de recherche 3e cycle, CRICIS

Les téléphones mobiles, un outil de désinformation ? La circulation des informations peu fiables dans Twitter lors de la campagne présidentielle française de 2017

Julien FIGEAC, chargé de recherche, LISST, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

Pierre RATINAUD, maître de conférences, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, chercheur, LERASS

Nikos SMYRNAIOS, maître de conférences, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, chercheur, LERASS

Guillaume CABANAC, maître de conférences, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, chercheur, IRIT

Ophélie FRAISIER-VANIER, postdoctorante, IRIT, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

Tristan SALORD, ingénieur d’études, IRIT, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

Fanny SEFFUSATTI, assistante de recherche, LISST, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées

L’usage et l’appropriation des TIC dans l’industrie de la musique à Abidjan

Mahesse Kolé effectuera une enquête de terrain à Abidjan du 20 décembre 2020 au 20 janvier 2021.

Abidjan a longtemps été considéré comme la capitale de la création musicale en Afrique de l’Ouest. La décennie 2000-2010 faite d’instabilité politique et sociale (guerre et crise électorale) n’a pas été rédhibitoire pour la création musicale. Bien au contraire, Abidjan a continué de jouir de son bouillonnement musical. La grande diversité de fêtes et de festivals dans tout le pays illustre et marque cette effervescence de la scène musicale. Dès lors, des maquis aux salles de concert en passant par les studios d’enregistrement, la création musicale abidjanaise est en plein essor. Les événements et les salles permettent de découvrir cette musique ivoirienne. Ce projet de recherche questionne la création musicale en régime numérique. En d’autres termes, comment fait-on ou produit-on la musique aujourd’hui en Côte d’Ivoire ? Qu’est-ce qui constitue le cœur de l’activité musicale (longtemps incarné par répéter, se produire, enregistrer, utiliser des instruments, et dans une moindre mesure, se promouvoir) en régime numérique ? Quelle est la part des différents acteurs intégrés dans le processus de création :   ceux qui travaillent dans les studios d’enregistrement et les chanteurs ou les instrumentistes ? Pour saisir ce processus dans sa complexité, Mahesse Kolé compte investir les studios d’enregistrement. Cette expérience permettra d’appréhender la création musicale de l’intérieur et d’assister à la fabrication de la musique. L’expérience dans le studio sera un moyen d’observer les étapes de la création, les interactions entre l’arrangeur et le chanteur, l’arrangeur et les instrumentistes. Durant cette mission de terrain, M. Kolé se rendra dans les studios d’enregistrement pour participer, en tant que chanteuse, à une création musicale avec un arrangeur, mais aussi assister aux créations musicales d’autres artistes.

Les questions qui se dégageront de cette enquête intéressent les Sciences de l’Information et de la Communication, à savoir l’usage et appropriation des TIC et les métiers qui y sont attachées, les industries culturelles, la médiation culturelle. Cela permet de remettre en question la création artistique à l’aune de l’usage des TIC, et de questionner quels changements apporte la dématérialisation de la musique dans sa chaîne de valeurs.

Exploration du monde du vidéoclip en Côte d’Ivoire

Stéphane Ettien Adou effectuera une enquête de terrain à Abidjan du 20 décembre 2020 au 20 janvier 2021. Il travaillera sur l’Économie des vidéo-clips et imaginaires sociaux en Côte d’Ivoire. En effet, le vidéoclip est une forme multimodale au carrefour de l’image, de la parole et du son. C’est non seulement un support qui rend la musique visuelle (Marion et Anciaux 1986 : 1), mais c’est aussi un artéfact économique, artistique, professionnel, culturel et technologique. À cet égard, l’hypothèse est que le vidéoclip s’inspire et participe de la construction des imaginaires sociaux.

Cette première mission de terrain veut donc étudier les différents réseaux de coopération qui structurent l’économie symbolique du vidéoclip en Côte d’Ivoire. Au cœur de cette réflexion se trouvent les conventions, les arts de faire, le travail d’imagination d’acteurs hétérogènes engagés dans le « monde du vidéoclip ivoirien ». Ainsi, en s’appuyant sur des entretiens compréhensifs et des observations in situ, cette mission vise les objectifs suivants :

• Identifier, localiser et hiérarchiser (taille de la structure) les labels connus à Abidjan.

• Étudier le mode de fonctionnement, les moyens techniques et le modèle économique de ces structures.

• Identifier les différents acteurs et les interactions dans lesquels ceux-ci sont engagés.

• Observer toutes les séquences de la chaine de fabrication d’un vidéoclip.

• Démarrer une cartographie géographique (localisation) et musicale (genre et qualité).