Les nouveaux entrepreneurs de la musique et du numérique à Dakar

La mission de Stéphane Costantini à Dakar se déroulera du 10 mai au 1er juillet 2021. Son objectif est d’observer et d’interroger les nouveaux entrepreneurs de la musique et du numérique au sein de la capitale sénégalaise. Dans ce cadre, une attention particulière sera portée aux enjeux entourant l’activité de ces acteurs culturels et leurs trajectoires en relation avec le développement des pratiques numériques. La perspective anthropologique et socioéconomique adoptée explore en ce sens trois dimensions liées à ces pratiques :

• Les stratégies industrielles mises en place par les acteurs de la musique numérique (locaux et transnationaux) et leur adéquation avec les pratiques d’écoute et d’usage de la musique, mais également vis-à-vis des pratiques économiques préexistantes dans la filière de la musique enregistrée ;

• La formation et le déploiement par les différents acteurs culturels (dont les musicien.ne.s) de compétences relatives aux dispositifs numériques, et leur incidence sur les carrières et les trajectoires de reconnaissance (travail, salariat, pluriactivité) ;

• L’apparition, le renouvellement, ou encore la subsistance de genres musicaux, et leurs enjeux en termes de circulation (locale, régionale et globales) à l’aune de leur diffusion via les réseaux numériques.

La méthodologie employée repose sur une observation des pratiques d’écoute et d’échange de la musique, ainsi qu’une série d’entretiens libres ou semi directifs effectués auprès d’acteurs de la musique et du numérique au Sénégal (collectifs, labels, médias, services numériques), et d’artistes sénégalais.e.s.

Dispositifs technologiques et instrumentaux des home studios à Dakar

La mission de Maël Péneau à Dakar se déroulera du 1er septembre 2019 au 31 janvier 2020.

Au Sénégal, depuis l’introduction de la technologie 3G à partir de 2008, les home studios se multiplient et bouleversent les habitudes de production et de composition, jusque-là centrées autour de quelques studios professionnels (Gueye 2014). Les musiciens peuvent désormais, avec l’aide d’un beatmaker (arrangeur-ingénieur du son-mixeur), enregistrer leurs morceaux rapidement, sans les tester préalablement auprès du public comme cela se faisait jusqu’alors. En centrant cette recherche sur les home studios, lieux à la fois de travail, de création artistique et de vie, il s’agira donc d’analyser in-situ les dispositifs technologiques et instrumentaux utilisés par les musiciens sénégalais et d’étudier la manière dont est faite la musique aujourd’hui, en partant des pratiques réelles. Il sera donc possible de répertorier les instruments (logiciels et stations audionumériques) et leurs configurations, les ressources musicales (banques d’échantillons), de comprendre leurs éventuelles spécificités, et de retracer l’évolution des usages et des technologies.

Il s’agira aussi d’interroger la façon dont ces dispositifs sont constitués par les arrangeurs et la façon dont ils les manipulent. Par la mise en regard de pratiques musicales singulières et la comparaison entre différentes configurations, Maël Péneau articulera observation empirique et production de concepts, avec pour ambition de mieux envisager l’impact des technologies numérique sur les manières de créer, d’enregistrer, de jouer et d’écouter la musique, sans oublier de prendre en compte les contextes dans lesquels évoluent les individus, ainsi que leurs trajectoires personnelles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search