Dynamiques du monde des danses « mises en clips » à Abidjan

Cette première mission de Sarah Andrieu à Abidjan se déroulera du 3 avril au 20 juin 2021. Elle a comme objectif de cerner les dynamiques qui animent le monde des danses appelées  « modernes », « urbaines » ou encore « afrodance ». Dans un contexte où ces danses « mises en clips » circulent de manière privilégiée sur Trace TV et les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, WhatsApp), il s’agira d’envisager le rôle joué par le numérique sur le développement singulier de ces danses populaires, mais également d’examiner la place qu’occupe ces nouveaux médias dans les pratiques, les imaginaires et les dynamiques de professionnalisation des danseurs urbains. 

L’enquête ethnographique sera fondée sur le recueil de données empiriques originales à travers la réalisation d’entretiens (récits de vie et récits de pratiques), de vidéos et photos de tournages et d’observation des moments de travail. Les danseuses et les danseurs seront au cœur de l’enquête. Je m’attacherai à reconstituer des trajectoires, repérer les logiques de transmission et d’apprentissage, explorer les conventions qui les relient et comprendre l’économie de ce métier de « danseur urbain ». Les répétitions, les tournages de clips mais aussi les festivals ( la Semaine Nationale de la danse, rencontre chorégraphique d’Abidjan) ainsi que les espaces de transmission (forme : Institut national des arts et de l’action culturelle- et informel : troupes) constitueront des espaces d’observations privilégiés. Ces enquêtes seront menées en collaboration avec Stéphanie Mahesse Kolé et Stéphane Ettien Adou, qui finalisent leur thèse de doctorat à l’université Houphouët-Boigny sous la direction du professeur Aghi Bahi, tous trois membre d’AFRINUM.

L’usage et l’appropriation des TIC dans l’industrie de la musique à Abidjan

Mahesse Kolé effectuera une enquête de terrain à Abidjan du 20 décembre 2020 au 20 janvier 2021.

Abidjan a longtemps été considéré comme la capitale de la création musicale en Afrique de l’Ouest. La décennie 2000-2010 faite d’instabilité politique et sociale (guerre et crise électorale) n’a pas été rédhibitoire pour la création musicale. Bien au contraire, Abidjan a continué de jouir de son bouillonnement musical. La grande diversité de fêtes et de festivals dans tout le pays illustre et marque cette effervescence de la scène musicale. Dès lors, des maquis aux salles de concert en passant par les studios d’enregistrement, la création musicale abidjanaise est en plein essor. Les événements et les salles permettent de découvrir cette musique ivoirienne. Ce projet de recherche questionne la création musicale en régime numérique. En d’autres termes, comment fait-on ou produit-on la musique aujourd’hui en Côte d’Ivoire ? Qu’est-ce qui constitue le cœur de l’activité musicale (longtemps incarné par répéter, se produire, enregistrer, utiliser des instruments, et dans une moindre mesure, se promouvoir) en régime numérique ? Quelle est la part des différents acteurs intégrés dans le processus de création :   ceux qui travaillent dans les studios d’enregistrement et les chanteurs ou les instrumentistes ? Pour saisir ce processus dans sa complexité, Mahesse Kolé compte investir les studios d’enregistrement. Cette expérience permettra d’appréhender la création musicale de l’intérieur et d’assister à la fabrication de la musique. L’expérience dans le studio sera un moyen d’observer les étapes de la création, les interactions entre l’arrangeur et le chanteur, l’arrangeur et les instrumentistes. Durant cette mission de terrain, M. Kolé se rendra dans les studios d’enregistrement pour participer, en tant que chanteuse, à une création musicale avec un arrangeur, mais aussi assister aux créations musicales d’autres artistes.

Les questions qui se dégageront de cette enquête intéressent les Sciences de l’Information et de la Communication, à savoir l’usage et appropriation des TIC et les métiers qui y sont attachées, les industries culturelles, la médiation culturelle. Cela permet de remettre en question la création artistique à l’aune de l’usage des TIC, et de questionner quels changements apporte la dématérialisation de la musique dans sa chaîne de valeurs.

Exploration du monde du vidéoclip en Côte d’Ivoire

Stéphane Ettien Adou effectuera une enquête de terrain à Abidjan du 20 décembre 2020 au 20 janvier 2021. Il travaillera sur l’Économie des vidéo-clips et imaginaires sociaux en Côte d’Ivoire. En effet, le vidéoclip est une forme multimodale au carrefour de l’image, de la parole et du son. C’est non seulement un support qui rend la musique visuelle (Marion et Anciaux 1986 : 1), mais c’est aussi un artéfact économique, artistique, professionnel, culturel et technologique. À cet égard, l’hypothèse est que le vidéoclip s’inspire et participe de la construction des imaginaires sociaux.

Cette première mission de terrain veut donc étudier les différents réseaux de coopération qui structurent l’économie symbolique du vidéoclip en Côte d’Ivoire. Au cœur de cette réflexion se trouvent les conventions, les arts de faire, le travail d’imagination d’acteurs hétérogènes engagés dans le « monde du vidéoclip ivoirien ». Ainsi, en s’appuyant sur des entretiens compréhensifs et des observations in situ, cette mission vise les objectifs suivants :

• Identifier, localiser et hiérarchiser (taille de la structure) les labels connus à Abidjan.

• Étudier le mode de fonctionnement, les moyens techniques et le modèle économique de ces structures.

• Identifier les différents acteurs et les interactions dans lesquels ceux-ci sont engagés.

• Observer toutes les séquences de la chaine de fabrication d’un vidéoclip.

• Démarrer une cartographie géographique (localisation) et musicale (genre et qualité).

Un première repérage des studios d’enregistrement et des acteurs de l’industrie de la musique à Abidjan

La première mission de terrain d’Emmanuelle Olivier à Abidjan se déroulera du 4 au 17 mars 2020. Elle vise à effectuer un premier repérage des studios d’enregistrement à partir des contacts communiqués par des arrangeurs/ingénieurs du son de Bamako avec qui Emmanuelle Olivier et Amandine Pras travaillent depuis 2018. Cette mission devrait donc aussi permettre d’identifier les circulations entre acteurs maliens et ivoiriens (ou maliens basés en RCI) du milieu des studios. Ce premier repérage sera suivi à l’été ou à l’automne 2020 d’une mission de terrain lors de laquelle Emmanuelle Olivier et Amandine Pras feront des captations audio, vidéo et captures d’écran des sessions complètes d’enregistrement en studio.

E. Olivier profitera du Marché des Arts et du Spectacle d’Abidjan (MASA 7-14 mars) pour rencontrer un certain nombre d’acteurs de l’industrie de la musique en Côte d’Ivoire (notamment les représentants des Majors et des opérateurs téléphoniques), mais aussi pour poursuivre son enquête auprès de Eliezer Oubda, ingénieur du son basé à Ouagadougou (Burkina Faso) qui sonorise les concerts du MASA.

Il s’agit enfin d’une mission de coordination avec l’équipe AFRINUM d’Abidjan, constituée du Prof. Aghi Bahi et de ses deux doctorants : Mahesse Kolé et Stéphane Adou Ettien. À ce titre, E. Olivier donnera une conférence intitulée « Industries culturelles en Afrique de l’ouest : pour une nouvelle distribution de la musique en régime numérique » à l’UFR Information, Communication et Arts de l’Université Houphouët Boigny le 6 mars.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search