Axe 3 : Médiations culturelles

Dans des pays traversés par de graves crises institutionnelles et/ou sécuritaires, on envisagera enfin la musique dans sa capacité supposée de médiation entre les individus, les groupes et les identités. S’il est coutume de dire que la culture, la musique en particulier, constitue un moyen fort d’établir du lien social entre les individus, voire de susciter des communautés élargies, on constate que dans les pays où ont sévi des crises majeures, tels que le Mali et la Côte d’Ivoire, la culture a souvent moins servi à médiatiser qu’à réifier des particularités identitaires et antagonistes.

On se penchera aussi sur les phénomènes de résurgence de mémoire rendus possibles par la technologie numérique. Celle-ci a conduit à la réédition et à la redécouverte d’enregistrements musicaux et de séquences filmées liés à la période des indépendances qui, aujourd’hui, constituent autant de ressources de création pour les musiciens et les réalisateurs de vidéo-clips.  On avance l’hypothèse que le développement accéléré des outils numériques et des partages de contenus musicaux contribue à amplifier la circulation de discours identitaires locaux, qui, pour les uns visent à rassembler au-delà des frontières étatiques en prenant pour modèles les anciens empires ouest-africains, pour les autres particularisent encore plus la culture et renforcent les conservatismes.

À l’inverse, on verra dans quelle mesure le développement des technologies numériques et du marketing culturel coïncide avec et amplifie une certaine dépolitisation des sociétés, au profit d’une économie qui fait émerger l’acteur producteur d’une part et l’individu consommateur d’autre part. Pour illustrer cette hypothèse, nous nous attacherons à analyser le marketing culturel des opérateurs téléphoniques leaders en Afrique de l’ouest qui, non seulement établissent des partenariats privilégiés avec les États jusqu’à les suppléer dans leurs politiques culturelles, mais constituent également des acteurs efficaces du changement social, dans le sens où ils intègrent l’économie locale de la musique à leur business plan : réseaux sociaux, acteurs, producteurs et consommateurs, tout en recrutant des cadres issus de la diaspora, plus aptes à comprendre les besoins et les marchés locaux.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search