Axe 2 : Entrepreneuriat et jeunesse

L’usage central des outils numériques dans la production musicale a pour effet de déplacer les relations de « savoir-pouvoir » (Foucault 1977) des aînés vers les cadets. Fabriquer de la musique est aujourd’hui l’affaire de cette « génération 3G » ou « génération 21 » dont les capacités d’action se situent au sein d’un environnement pleinement numérique. Pour ces jeunes, le numérique n’est pas synonyme de perte de contrôle, mais à l’inverse de prise de contrôle. Il y a là l’appropriation très forte d’une technologie, qui pourtant vient d’ailleurs et porte en elle le spectre post-colonial, mais dont les jeunes font un outil d’enjeu générationnel.

Cette émancipation se traduit par l’émergence d’un nouvel entrepreneuriat culturel, au sein duquel ces jeunes s’organisent en collectifs pour maîtriser et rentabiliser la chaîne de valeur de la musique.

On commencera par explorer la trajectoire sociodémographique de ces entrepreneurs, ainsi que les conditions concrètes de leurs activités (revenus, dépenses, capital possédé ou partagé, modes de financement, collaborateurs, etc.). Puis il s’agira de voir comment, et dans quelle mesure, l’usage des outils numériques leur permet de devenir « entrepreneurs de leur notoriété » (Beuscart 2008), en conduisant des enquêtes, qualitatives et quantitatives, inédites auprès de plusieurs collectifs : les premiers centrés sur la production (sons et vidéo-clips) et la performance scénique, les deuxièmes sur la distribution et la diffusion (réseaux sociaux, plateformes locales de streaming, télévision). 

On posera enfin la question de la pérennité du modèle économique en formation. Ces entrepreneurs sont-ils amenés à devenir des « figures de la réussite et du pouvoir » (Banégas et Warnier 2001) et à imposer de ce fait un nouveau modèle d’économie ou bien sont-ils voués à rester des cadets, en façonnant un monde « à eux », une subculture ? En outre, cet entreprenariat ne trouve-t-il pas ses limites dès lors que les musiciens acquièrent une notoriété au-delà de l’échelle locale, et alors que de nouveaux acteurs, Majors et opérateurs téléphoniques, prennent position dans l’industrie musicale ouest-africaine ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search