Axe 1 : La fabrique de la musique et du son

Studio Junior, Bamako, 2017 © E. Olivier.

L’axe 1 analyse la fabrique de la musique et du son en studio d’enregistrement, à travers la nouvelle figure de l’arrangeur/ingénieur du son.

Après s’être intéressé au genre, au parcours de l’arrangeur et à son acquisition des savoirs audionumériques, on questionnera le travail de l’arrangeur/ingénieur du son en interaction avec le chanteur pendant toutes les étapes de la production, tout comme les outils et les savoirs qu’il mobilise et qui lui offrent de nouvelles possibilités créatives.

On étudiera tout particulièrement les effets audionumériques (compression de dynamique, réverbération, auto-tune, etc.) utilisés par l’arrangeur, qui pour certains sont dictés par les esthétiques musicales en vogue, des contraintes économiques ou encore des limites d’équipement, pour d’autres instaurent de nouvelles normes technologiques qu’il s’agira d’identifier. L’agencement et les réglages de ces effets, dont on analysera aussi les liens avec les normes de diffusion, seront appréhendés comme « manières de faire » (de Certeau 1980) où se joue subtilement la distinction d’esthétiques à l’ère numérique.

L’analyse de ces effets audionumériques conduira à la question de la signature sonore, c’est-à-dire comment le son produit par ces effets, en tant que propriété esthétique de la musique, participe de la construction des identités culturelles, religieuses, genrées ou encore générationnelles ; comment ce son, au-delà des paroles qui l’accompagnent, est investi de valeurs morales ; comment il porte des imaginaires ou renvoie à des normes de comportement ; et comment des individus et des groupes s’y reconnaissent et s’en réclament.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search