Médias et pouvoir dans la démocratie au Mali

La mission de terrain d’Amidou Sogodogo se déroulera à Kayes du 20 décembre 2020 au 20 janvier 2021

Cette recherche de terrain sur les médias et la démocratie à Kayes interroge les pratiques, les expériences des acteurs médiatiques à travers le cas de la radio rurale de Kayes dans une perspective mémorielle et historique. L’enquête portera aussi sur la perception que les auditeurs ont des divers programmes et contenus. Outre cette radio pionnière, cette mission de terrain prend en compte d’autres organes plus récents, le groupe Kayesinfos et le Groupe Médias Tropic, ce qui permettra de saisir l’évolution et la logique récente de morcellement des médias au Mali.

Certaines plateformes numériques, comme Benbèrè (Doniblog-kayes) ou Ganbana, des pages Facebook d’activistes et des groupes WhatsApp feront l’objet d’une consultation régulière pour une analyse de contenu. Il s’agira aussi d’appréhender les commentaires des « amis » ou des « followers » pour appréhender l’espace de débat occasionné, et les propos qui touchent de près ou de loin à la démocratie, à ses pratiques et à ses valeurs.

Cette mission permettra de : 1°) Constituer un corpus de données audiovisuelles, à travers des entretiens enregistrés et/ou filmés avec les acteurs des médias et les auditeurs ; 2°) Réaliser des observations (animation d’émission et de reportage, échanges dans les ‘‘grins’’ sur des contenus médiatiques) ; 3°) Effectuer une consultation d’archives à la radio rurale de Kayes.

Médias numériques et identités religieuses au Mali

La mission d’Hama Yalcouyé se déroulera à San (Mali) du 22 novembre au 21 décembre 2020

À la suite d’une enquête exploratoire en mars-avril 2019 qui nous a permis d’identifier les personnes ressources, Hama Yalcouyé projette de mener une enquête de longue durée à San du 22 novembre au 21 décembre 2020. Son objectif est de mieux comprendre les contenus médiatiques relatifs aux différentes identités religieuses dans les  : médias confessionnels ; autres médias privés et publics ; et médias numériques via les plateformes virtuelles comme Facebook, WhatsApp, YouTube etc. Cette enquête s’inscrit au sein d’une thèse de doctorat sur les « médias confessionnels et constructions identitaires au Mali » (dir. E. Olivier) qui vise à saisir la participation des médias confessionnels dans la construction des identités au Mali aujourd’hui. Il s’agit d’analyser l’usage que font les religieux des différents médias et l’impact de ces médias dans l’organisation du débat religieux dans l’espace public au Mali.

Pour mener à bien cette enquête, une méthode mixte, quantitative et qualitative, sera adoptée pour la collecte des données. Il s’agira aussi de négocier la présence d’H. Yalcouyé sur le terrain pour accéder aux personnes ressources et aux informations dans un moment d’insécurité où la question de la confiance données aux chercheurs se pose au Mali. Pour pallier cette difficulté, il est prévu de revoir un certain nombre de personnes rencontrées lors de l’enquête exploratoire de 2019, avant de prendre contact avec les chefs de quartier par le truchement de la mairie de cette ville. Après cette étape introductive, un échantillon de 117 personnes sera déterminé, soit trente-neuf (39) par tranche d’âge : 20-30 ans ; 30-50 ans et 50-90 ans, pour mener en amont une enquête d’opinion sur le choix, les préférences et le suivi des médias par les auditeurs dans les différents quartiers de la ville. À côté de cette enquête quantitative, une importance particulière sera accordée à l’ethnographie (observation et participation), afin d’être en immersion sur le terrain et partager le quotidien des enquêtés. Le résultat de cette enquête d’opinion permettra d’abord d’identifier des auditeurs, de suivre certaines émissions avec eux, d’entrer dans les studios radiophoniques et d’en réaliser une ethnographie. H. Yalcouyé souhaite également entrer dans le quotidien des enquêtés en les côtoyant chez eux, dans leurs grins, dans les rues, les studios radiophoniques, ainsi que dans les structures publiques et privées. Il sera ainsi possible d’accéder au vécu, aux opinions sur la consommation médiatique et la construction des contenus (religieux ou non). L’enquête portera enfin sur les principaux médias (radios, télévision, réseaux sociaux comme Facebook et WhatsApp, Internet – Youtube, etc.) de prosélytisme et de visibilité utilisés par les leaders d’opinion et fidèles des associations religieuses, lesquels se concurrencent dans l’animation de la parole religieuse.

Séminaire – Ethnographie des pratiques culturelles en régime numérique

Des chercheurs membres de l’ANR AFRINUM organisent un atelier mensuel autour de la méthodologie de l’enquête ethnographique en régime numérique ; partage d’expériences et masters-classes de doctorants, jeunes docteurs, et chercheurs.

Ouvert aux étudiants de master, aux doctorants, et aux postdoctorants.

4e jeudi du mois de 16h à 18h, du 22 octobre au 27 mai – EHESS, 54 bd Raspail 75006 PARIS (Salle A05-51)

1ère séance le jeudi 22 octobre (en visioconférence)Inscriptions séminaire/webinaire : jmpeneau@ehess.fr

Le développement rapide de l’Internet haut-débit et mobile a conduit à une multiplication des travaux de recherche autour du numérique. Entre l’homogénéisation portée par des modèles globalisés et des dynamiques s’appuyant sur des imaginaires sociaux, politiques, ou culturels localisés, se négocient des pratiques qu’il s’agit donc d’examiner en explorant la pluralité des usages, des productions, et des questions soulevées par la rencontre entre technologies et cultures.

L’objectif de cet atelier sera de répertorier les dispositifs d’enquête ethnographique qui peuvent être mobilisés par le chercheur pour mieux appréhender des pratiques souvent difficiles d’accès, que ce soit en raison des configurations technologiques (comment rendre compte de ce qui se joue à l’écran d’un ordinateur ou dans les écouteurs d’un téléphone mobile ?), du positionnement des utilisateurs de ces technologies vis-à-vis de leurs données et de leur transmission (confidentialité, intimité, propriété intellectuelle ou communs). Enfin, la compréhension de ces processus nécessitera la mise en œuvre d’une réflexion épistémologique et méthodologique questionnant le positionnement du chercheur par rapport à son enquête et son objet d’étude.

Programme :

22 octobre 2020 : Aube Richebourg, Maël Péneau, Alfonso Castellanos, Stéphane Costantini, présentation de travaux de recherche en cours et état des lieux méthodologique [la première séance du séminaire se tiendra en visio-conférence sur Big Blue Button (prise en main BBB), demande de particpation ici : http://listsem.ehess.fr/courses/758/requests/new]

26 novembre 2020 : Jérémie Poiroux (Centre Marc Bloch, CNRS), Gabriel Alcaras (Centre Maurice Halbwachs, CNRS-EHESS-ENS), « Enquête de terrain et observation de la production des outils numériques ».

28 janvier 2021 : Emmanuelle Olivier (chercheur CNRS, Centre G. Simmel) et Amandine Pras (professeure en arts audionumériques à l’Université de Lethbridge, Canada), « Enquêtes de terrain dans des home-studios au Mali »; Gérôme Guibert (maître de conférences à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle), « Musiques « live » et technologies numériques ».

25 février 2021 : Vincent Berry (maître de conférences à l’université Paris 13, au sein du laboratoire EXPERICE), « Ethnographie des mondes virtuels et des habitants qui les fréquentent ».

25 mars 2021 : Nicolas Rollet (EC en analyse des interactions humaines, maître de conférences en analyse conversationnelle, robotique sociale, interaction homme-machine, Telecom Paris, Laboratoire i3), « Vidéo-ethnographie des usages de Gallica, bibliothèque numérique de la BNF, et analyse d’intéraction homme-robot ».

20 mai 2021 : Séance de clôture – intervenant à confirmer.

Atelier organisé par :

  • Maël Péneau (doctorant contractuel EHESS / Centre Georg-Simmel / ANR AFRINUM)
  • Aube Richebourg (doctorante à l’EHESS / Centre Georg-Simmel, Centre Maurice-Halbwachs, Paris / Centre Marc-Bloch, Berlin)
  • Alfonso Castellanos (docteur en anthropologie, membre du Centre Georg-Simmel et du Laboratoire mixte international « Reconfigurations maliennes : cohésions, territoires et développement » (MaCoTer, IRD) et en contrat post-doctoral dans le cadre du programme ANR AFRINUM)
  • Stéphane Costantini (docteur en sciences de la communication, membre du Centre Georg-Simmel (EHESS), membre associé au LabSIC (Université Paris 13), et en contrat post-doctoral dans le cadre du programme ANR AFRINUM)

La figure de Bazoumana (Mali) : trajectoire, production et héritages

Daouda Gary-Tounkara effectuera une mission de terrain à Bamako du 19 octobre au 18 novembre 2020. Son objectif est de poursuivre les recherches sur les liens entre musiques et migrations, de départ et/ou de retour. Il compte approfondir ses travaux sur la trajectoire biographique du grand griot Bazoumana Sissoko (1890-1987) dont il explore le parcours depuis plusieurs années. Au sein d’AFRINUM, sa recherche marquera une inflexion sur sa production et ses influences sur la scène artistique malienne. En effet, dans le cadre de cette recherche collective autour des nouveaux usages du numérique en Afrique de l’Ouest, D. Gary-Tounkara mènera une recherche sur l’héritage de la production musicale de Bazoumana : Quelle est la place de Bazoumana dans le paysage médiatique en général et le numérique en particulier ? Dans quelle mesure est-elle réactualisée en fonction des enjeux actuel, dans un Mali en crise multidimensionnelle ?

Concrètement, ces recherches seront menées aux archives nationales du Mali, en quête de traces sur les débuts de Bazoumana et sa formation avant qu’il ne devienne célèbre à la toute fin de la période coloniale. Une autre piste de recherche concerne la prise de contact et l’entretien avec l’artiste Van Baxy qui a repris une des plus célèbres chansons de Bazoumana : « Maliba » ou Grand Mali ou encore Empire du Mali dans la tradition orale. Enfin, il s’agira de continuer de retrouver, voire de transcrire des chansons de Bazoumana, sur le marché de Bamako, un marché sur lequel on peut parfois acquérir des chansons anciennes alors que l’industrie musicale était inexistante.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search