Le projet AFRINUM

AFRINUM vise à interroger, au prisme des musiques populaires, ce que les sociétés ouest-africaines font du numérique en termes de : transfert et production de savoirs, reconfigurations des rapports sociaux et médiations culturelles

L’objectif est de contribuer à l’élaboration d’une réflexion originale sur l’articulation entre musique, technologie numérique et culture, et renouveler ainsi la question des sociétés innovantes dans les pays du Sud.

AFRINUM entend ainsi participer au développement d’un nouveau champ de recherche encore faiblement exploré en France et dont la plupart des travaux sur la musique concernent pour l’instant le Nord. 

Notre postulat de départ est simple : l’activité musicale que nous observons aujourd’hui en Afrique de l’ouest, comme à peu près partout dans le monde, va de pair avec l’utilisation de la technologie numérique. Un nouvel écosystème musical se met en place sous nos yeux, qu’il s’agit de décrire et de questionner dans ce projet à partir de l’Afrique de l’ouest, en considérant le numérique dans sa dialectique outil globalisé vs artefact culturel. Au-delà, cet écosystème musical doit être resitué au sein de logiques et d’imaginaires sociaux, économiques et politiques plus larges, dont il participe et qu’il contribue à transformer, produire ou réifier tout à la fois. C’est dire combien une telle réflexion sur « la co-construction ou la co-production de la technologie et de la société » (Pinch et Bijsterveld 2004) contribue à une anthropologie générale.

Pour réaliser ce projet, une équipe internationale et interdisciplinaire de 14 chercheurs, 2 post-doc et 10 étudiants (Master et doctorat) en sciences sociales et sciences de l’ingénierie sonore effectueront des enquêtes de terrain en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Mali et au Sénégal. Cette dimension régionale permettra d’identifier les spécificités nationales et d’appréhender les circulations d’un pays à un autre.

L’équipe réunit 3 partenaires :

Le Centre Georg Simmel (UMR 8131 CNRS-EHESS) de l’EHESS Paris, porteur du projet qui réunit les membres français de l’équipe ;

Le Laboratoire Mixte International MaCoTer de Bamako, unité 243 de l’IRD, qui rassemble les membres ouest-africains ;

Le département Fine Arts et Music de L’Université de Lethbridge (Canada), qui réunit les membres canadiens sur un budget propre du Conseil de Recherches en Sciences Humaines canadien (CRSH), grâce au projet Practices and social aspects of the 21st century recording studio obtenu par A. Pras (2019-2021).



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
afrinum (17 novembre 2019). Le projet AFRINUM. AFRINUM. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/at17


Une réponse sur “Le projet AFRINUM”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search